• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 7 mai 2010

Les eaux de luxe.

7052010

 

 

 

La folie des eaux de luxe

 

Voss la norvégienne, Ramlösa la suédoise, Ogo l’allemande, Ty Nant la galloise ou Lauquen l’argentine. Autant de silhouettes venues d’ailleurs et qui séduisent de plus en plus les consommateurs branchés en mal d’exotisme… et au portefeuille bien garni. A plus de 100 euros le litre, ces eaux veulent ringardiser San Pellegrino, Châteldon, Badoit et Vittel.

 

 

introeaux.jpg

 

Dossier réalisé par Eric de Legge, JDN

 

 

Les eaux rares ont la cote

 

Les eaux de luxe. dans eau voss-table

 

 « L’eau est devenue un élement à part entière de l’Art de la table »

Elles s’appellent Voos ou Bling H²O et font le bonheur des consommateurs branchés. Ce ne sont ni plus ni moins que des eaux de table. Mais pas n’importe lesquelles : leur packaging, leur provenance et leur goût seraient totalement novateurs. Et depuis quelque temps, elles font figure d’eldorado pour des nouveaux venus sur le marché.

 

 

 

« L’alcool n’a plus bonne presse, alors on apporte plus de soin à l’eau » explique Samuel Delatte, responsable marketing d’IBB le premier distributeur français des eaux dites premium, comprenez haut de gamme. « L’eau est devenue un élement à part entière de l’Art de la table » renchérit Guillaume Salmon du magasin parisien branché Colette. Le « Water-bar » du temple parisien de la branchitude propose une carte avec pas moins de 85 références.

 

Marketing permanent autour des bouteilles

 

Le marché de l’eau en bouteille arrive pratiquement à saturation. Les trois groupes (Castel, Danone et Nestlé Waters) qui se partagent les deux tiers du marché marquent le pas. Ils sont débordés par les marques distributeurs sur les premiers prix, ils sont aussi dépassés sur le marché des eaux rares par des distributeurs indépendants. « Et pourtant la demande est forte » jure Gilles Jurado, grossiste et commerçant d’eaux rares depuis cinq ans. « Mes commandes doublent tous les mois. C’est un secteur qui a longtemps été négligé. Beaucoup de soins ont été apportés au café, aux vins, mais jamais à l’eau ». Parent pauvre de la restauration, l’eau prend donc sa revanche. Plate ou gazeuse, les consommateurs, aisés, adorent leurs goûts, mais surtout leur packaging original. Bouteille dessinée par les créateurs du flacon de parfum Calvin Klein (Voss) ou par Philippe Starck (St Georges). « C’est un objet qui offre du voyage » s’extasie même Gilles Jurado. Et de penser aux milliers de collectionneurs de bouteilles d’eau minérale.

 

water-bar dans eau
La carte du Water-bar de Colette propose 85 eaux différenes Photo © Colette

 

Si le phénomène est réel, il est impossible de trouver une eau « haut de gamme » en grandes surfaces. Les promoteurs des eaux rares s’y refusent d’ailleurs. Elles ne sont vendues que dans des épiceries très sélect et forcément parisiennes (La Grande Epicerie de Paris, Galeries Lafayette Gourmet ou Galeries gourmandes de la porte Maillot), dans des établissements spécialisés (Water-bar, Théaux à Toulouse, Opures à Lyon ou les Bars à Bulles). Des eaux rares que l’on retrouve également sur les tables prestigieuses (Georges V, Sofitel). Pour accompagner ce marché balbutiant et très lucratif, les distributeurs se livrent à une bataille impitoyable à coup d’exclusivité et de nouveautés. Elles sont permanentes. Une dizaine d’eaux différentes depuis la rentrée.

 

 

 

Les volumes restent minimes, vingt à trente palettes pour Opures, 2 millions d’euros de chiffre d’affaires pour IBB. D’anciens convertis à l’eau minérale exotiques se méfient. Comme Bernard Vincent, le concepteur des bars à bulles qui retire progressivement de sa carte ces eaux du monde. « Personne ne vient réclamer une eau d’Afrique du Sud. C’est à nous de placer les produits. Et vu le prix, cela dissuade le premier consommateur venu ». En effet, outre le packaging, la particularité la plus frappante de ces eaux pour bobos se lit sur l’étiquette. De 1 à 7 euros le litre en moyenne. Un vrai luxe, qui peut devenir folie. Depuis septembre, la Grande Epicerie de Paris propose la très chère Bling H²O, 35 euros les 37,5 cl! Un contenu royal à peine justifié par le contenant, une bouteille givré sertie de strass de Swarovski!

 

 

Les précurseurs

 

voss-precurseur

lynx-latine

 

Première des eaux rares à faire un carton, la Voss. Son nom signifie chute d’eau en norvégien. C’est une eau artésienne, puisée à partir d’une nappe aquifère vierge cachée sous de la glace au centre de la Norvège. Véritable Rolls des eaux minérales, elle est pauvre en sodium et en sels minéraux. Si le design de la bouteille vous fait penser aux flacons de parfum Calvin Klein, rien d’étonnant. C’est le même designer qui l’a conçue.

Prix :
5,80 € les 80cl
Origine :
Norvège

 

Lynx jaillit des pentes nord occidentales du Pelpi (Parme), une montagne de la vallée des Apennins. L’eau est oligominérale et légèrement pétillante. Elle est réputée pour de supposées propriétés digestives et diurétiques… Sa bouteille bleue roi en forme de quille est très appréciée pour mettre en valeur une table.

Prix : 3,80 € les 75cl
Orig

 

 

Les plus chères

 

bling-h2o

ogo-osee

 Issue d’une source de Dandridge (Tennessee), la Bling H²O dépasse le sens commun. C’est une eau minérale à 100 € le litre … Le précieux liquide est conservé dans une bouteille en verre givré de 37,5 cl habillée de cristaux de Swarovski. Formidable coup marketing, elle est forcément délicieuse. La Bling H²O a gagné la médaille d’or du goût au festival international d’échantillon de l’eau de sources de Berkeley!

 

Prix : 35 € les 37,5cl
Origine :
Etats-Unis

« Petite bouteille plastique en forme de boule ronde et sensuelle, contenant 33 cl d’eau minérale boostée en oxygène » indique la fiche produit, d’Ogo. Cette allemande contient, tenez-vous bien, 35 fois plus d’oxygène qu’une eau classique. Délicate, « elle agit directement sur le corps pour faciliter une meilleure circulation sanguine ». Ogo augmenterait également la capacité respiratoire et la concentration. Ce n’est pas tout. Elle « peut augmenter les performances physiques » et aiderait à récupérer. A ce prix là, c’est donné !

Prix :
2,90 € les 33cl
Origine :
Allemagne

 

 

Des bouteilles d’eaux originales

 

sei-osee

glenlivet-ecosse

Sei veut être la bouteille d’eau fonctionnelle par excellence. Sans couleurs, sans étiquette, elle a été conçue pour « libérer l’eau de son contenant » précisent ses créateurs américains. La forme de la bouteille s’inspire directement des gourdes militaires américaines. Elle a gagné un concours de design en 2005. Plus attaché au contenant qu’au contenu, les concepteurs précisent discrètement l’origine de l’eau : les monts Catskills, dans l’État de New York. Sei débarque en France cet hiver.

Prix : 1,20 € les 27,5cl
Origine : Etats-Unis

L’Ecosse n’est pas seulement le pays du whisky. C’est aussi celui de l’eau minérale… qui entre dans la composition du whisky. La légende veut que la réputation de la source de Glenlivet fût déjà telle il y a 200 ans, que les premières distilleries s’y seraient installées à proximité. Elle se situe à plus de 300 mètres d’altitude au nord est de l’Ecosse. Et, pour rappeler ces origines, la bouteille en verre de la Glenlivet ressemble à s’y méprendre à une flasque de whisky…  

 

Prix : 4 € les 75cl
Origine :
Ecosse

 

 

Les eaux les plus exotiques

 

capegrim-exotique

fiji

Cape Grim est une source du sud-est de l’Australie, située en Tasmanie. Le climat y est rude – 185 jours de pluies par an en moyenne. La région est traversée par les vents de l’Antarctique, ce qui la rend passablement inhospitalière. Conclusion, l’air y est pur (800 fois plus qu’au nord de l’Equateur selon les promoteurs de Cape Grim), l’eau aussi. Recueillie et mise en bouteille sur place, il est conseillé de la déguster sans glaçon, au risque de la polluer !

Prix : 3,75€ les 75cl
Origine :
Australie

L’eau de Fiji provient d’un puits artésien situé dans les montagnes du Nakauvadra. La source est exploitée depuis 1996. De premières bouteilles sont expédiées aux Etats-Unis à la fin de 1997. Le succès commercial est immédiat. L’eau Fidjienne est bientôt disponible à travers le monde entier. Très en vogue en France depuis deux ans, l’eau de Fidji doit faire face ces derniers mois à une polémique à propos du lieu d’embouteillage de ses produits. 

 

 

Prix : 2,4€ les 50cl
Origine :
Iles Fidji

 

 

Le juteux marché de l’eau en bouteille

 

Le marché français se situe au troisième rang européen, derrière l’Allemagne et l’Italie. Chaque Français boit en moyenne 125 litres d’eau embouteillée par an, contre 100 litres en moyenne dans le reste de l’Europe. D’après le magazine « Que Choisir », « à raison de deux litres par jour, boire de l’eau du robinet revient à 2 € par an contre 120 à 140 € pour une consommation équivalente d’eau de source, et 340 à 360 € pour les eaux minérales ». 6,5 milliards de litres d’eau minérale naturelle ont été vendus en 2005 en France. C’est 67,35 % du total des ventes d’eau embouteillée. Pour la même année, les eaux de source représentaient 32,6 %, soit 3,15 milliards de litres en 2005. Sur ce marché, Nestlé reste leader (25,6 % des parts de marché) devant Danone (22,7 %) et Castel Neptune (21,3 %).

 

 

Le juteux marché de l’eau en bouteille

 

Le marché français se situe au troisième rang européen, derrière l’Allemagne et l’Italie. Chaque Français boit en moyenne 125 litres d’eau embouteillée par an, contre 100 litres en moyenne dans le reste de l’Europe. D’après le magazine « Que Choisir », « à raison de deux litres par jour, boire de l’eau du robinet revient à 2 € par an contre 120 à 140 € pour une consommation équivalente d’eau de source, et 340 à 360 € pour les eaux minérales ». 6,5 milliards de litres d’eau minérale naturelle ont été vendus en 2005 en France. C’est 67,35 % du total des ventes d’eau embouteillée. Pour la même année, les eaux de source représentaient 32,6 %, soit 3,15 milliards de litres en 2005. Sur ce marché, Nestlé reste leader (25,6 % des parts de marché) devant Danone (22,7 %) et Castel Neptune (21,3 %).

 

Réalisé par Eric de Legge, JDN

 

SOURCE : http://www.journaldunet.com/ (cliquez).

 

 

 

ACCUEIL

 




National Geographic Channel France Fonte des glaces en instantané.

7052010

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

ACCUEIL

 




NATIONAL GEOGRAPHIC : L’Eau, allons-nous en manquer ?

7052010

 

 

 

Voyage vers l'Eau-delà

 

Cénote Xkeken, Yukatan, Mexique.
Pour les Mayas, ce gouffre était l’un des passages pour l’Enfer.
John Stanmeyer, VII, © National Geographic.

 

L’eau parle sans cesse et jamais ne se répète.

 

Octavio Paz.

Alors que des torrents de passionnés du 7ème Art déferlent sans cesse dans les salles obscures à l’occasion du Printemps du Cinéma, se délectant devant des ‘Super-Soldiers‘ hypnotisant des chèvres ou s’émouvant devant les grands yeux bleus du petit Nono Zygler, une journée semble passée plus ou moins inaperçue : la Journée Mondiale de l’Eau. A travers quelques clichés des quatre coins du globe, Boston.com nous fait partager la puissance de cet élément vital, sa douceur, son calme, sa violence,…

 

 

Voyage vers l'Eau-delà

 

Comté de Kennebec, Maine, USA.
Des paroissiens de l’église orthodoxe Saint-Alexandre Nevski commémorent le baptême du Christ.
John Stanmeyer, VII, © National Geographic.

 

Voyage vers l'Eau-delà

 

Quelque part au milieu de l’Antarctique.
Un iceberg errant au loin de sa banquise.
Camille Seaman, © National Geographic.

 

Voyage vers l'Eau-delà

 

28 Novembre 2009 | Rivière de Manaquiri, Brésil.
Un pêcheur vogue sur l’un des affluents de l’Amazone. Des tonnes de poissons ne supportent pas la sécheresse saisonnière.
REUTERS/Paulo Whitaker.

 

Voyage vers l'Eau-delà

 

22 Mars 2010 | Bundesplatz, Berne, Suisse.
4000 biberons se dressent, remplis d’eau polluée, afin de marquer la Journée Mondiale de l’Eau proclamée par l’ONU.
AP Photo/Keystone/Peter Klaunze.

 

Voyage vers l'Eau-delà

 

21 Mars 2010 | Sur un affluent de la rivière Yangtze, Chongqing, Chine.
Une sécheresse sévit sur une grande partie du Sud-Ouest de la Chine, 50 millions de personnes sont touchées.
REUTERS/Stringer.

 

Voyage vers l'Eau-delà

 

22 Mars 2010 | Amritsar, Inde.
Un villageois prend une douche de fortune sous le regard patient de son fils.
AP Photo/Altaf Qadri.

 

Voyage vers l'Eau-delà

 

22 Mars 2010 | Rivière Yamuna, New Delhi, Inde.
Un enfant prend sa respiration avant de replonger au fond du fleuve récupérer quelques pièces abandonnées lors de rituels hindous. De leur côté, les usines continuent d’ignorer les lois sur les rejets de déchets toxiques et d’eaux usées dans ces rivières qui apportent l’eau potable à la ville.
AP Photo/Gurinder Osan.

 

Voyage vers l'Eau-delà

 

16 Mars 2010 | Aéroport de Norwood, Massachusetts, USA.
Une inondation ravage l’Etat du Massachusetts.
David L. Ryan/Globe Staff.

 

Voyage vers l'Eau-delà

 

Février 2010 | Glacier Upsala, Parc national Los Glaciares, Argentine.
Vu de la Station Spatiale Internationale.
NASA/JSC.

 

Voyage vers l'Eau-delà

 

21 Mars 2010 | Au Sud de Fargo, Dakota du Nord, USA.
Suite à une innondation, un tourbillon se forme à partir d’un fossé le long de l’Interstate 29, joignant Kansas City à Fargo.
Scott Olson/Getty Images.

 

Voyage vers l'Eau-delà

 

21 Mars 2010 | Au Sud de Fargo, Dakota du Nord, USA.
Une crue de plus de 11 mètres de la Red River inonde la ville de Fargo et ses environs.
AP Photo/M. Spencer Green.

 

Voyage vers l'Eau-delà

 

Kolgrima River, Islande.
Le fleuve déploie ses tentacule à travers les terres jusqu’au large.
Hans Strand, © National Geographic.

 

Voyage vers l'Eau-delà

 

21 Mars 2010 | Singapour.
Un homme nage tranquillement dans une piscine déserte.
REUTERS/Nicky Loh.

 

Voyage vers l'Eau-delà

 

Aux abords de la Mer Morte, Cisjordanie.
Deux jeunes villageoises se laissent porter sur les eaux chargées de sel de la Mer Morte. En 30 ans, le niveau de cette mer intérieure a baissé de plus de 20 mètres.
Paolo Pellegrin, Magnum © National Geographic.

 

L’Arbre Marius avait déjà fait une sélection des meilleurs clichés de Boston.com lors d’une rétrospective de 2009.

 

SOURCES : http://larbremarius.fr/2010/03/23/voyage-vers-leau-dela/

 

ziniongspecialissuewater376x476cb1268952369.jpg

Source : cliquez sur la photo.

 

VOIR :

NATIONAL GEOGRAPHIC FRANCE (AVRIL 2010)


Eau Numéro spécial

ALLONS-NOUS EN MANQUER ?

 

http://www.nationalgeographic.com/zinio/freshwater/

 

 

ACCUEIL

 

 

 

 

 

 




L’or bleu.

7052010

 

 

 

Les spécialistes tirent la sonnette d’alarme, les ressources mondiales en eau potable sont limitées, mal réparties, et les besoins augmentent.

 

http://www.dailymotion.com/video/x1ozge

 

 

ACCUEIL

 




L’avenir de l’eau. ERIK ORSENNA.

7052010

 

 

 

9782213634654.gif

Source : cliquez sur la photo.

 

  »Dans dix ans, dans vingt ans, aurons-nous assez d’eau ?

Assez d’eau pour boire ? Assez d’eau pour faire poussez les plantes ? Assez d’eau pour éviter qu’à toutes les raisons de faire la guerre s’ajoute celle du manque d’eau ?

Dans l’espoir de répondre à ces question, je me suis promené. Longuement. Du Nil au Huang He (Fleuve Jaune). De l’Australie qui meurt de soif aux îles du Brahmapoutre noyées par les inondations…

J’ai rencontré des scientifiques, des paysans, des religieux, des constructeurs de barrages, des physiciens alpinistes qui mesurent sur tous les toits du monde la fonte des glaciers.

J’ai passé du temps avec les médecins de Calcutta qui luttent contre le choléra. J’ai écouté d’innombrables leçons, dont celle du scarabée de Namibie et celle du kangourou.

Peu à peu, j’ai fait plus ample connaissance avec notre planète. J’ai vu s’aggraver partout les inégalités, notamment climatiques. Mais j’ai vu aussi la réussite du pragmatisme, de belles coopérations entre administrations et entreprises privées. j’ai vu des illusions et des férocités à l’oeuvre.

De retour de voyage, voici maintenant venu le moment de raconter.

Un habitant de la planète sur six continue de n’avoir pas accès à l’eau.

Un sur deux vit sans système d’évacuation.

Pourquoi ? « 

E.O.

Source : 4ème de couverture L’avenir de l’eau d’Erik Orsenna de l’Académie française. « Petit précis sur la mondialisation II ». Aux éditions Fayard, publié en 2008. Environ 400 pages. Prix TTC France 22 €.   

 

 

Interview Erik Orsenna – L’avenir de l’eau.

http://www.dailymotion.com/video/x7ed1l

 

 

http://www.erik-orsenna.com/blog/

 

 

ACCUEIL

 




Les livres spécialisés sur le traitement de l’eau.

7052010

 

 

 

degremontmemento.jpg

 

La référence incontournable du traitement de l’eau !

 

En mettant cet ouvrage de référence à la disposition de tous les acteurs du traitement de l’eau (professionnels, chercheurs, étudiants,…), Degrémont réafirme son ambition pédagogique et sa volonté de contribuer à une gestion plus harmonieuse et plus durable de la ressource en eau.

La dixième édition française du Mémento est parue en 2005, et la version anglaise en juin 2007. Ces deux versions sont disponibles auprès des éditions Lavoisier (www.lavoisier.fr). Degrémont répond dans cette nouvelle édition à tous les nouveaux enjeux du métier : stress hydrique, pathogènes émergents, nouvelles exigences de l’industrie de pointe, développement durable.

Entièrement mise à jour et largement enrichie (plus de 60% de texte inédit), soutenue par une iconographie exceptionnelle, elle propose des solutions viables au plan économique, social et environnemental. 

 

Pour commander la version française, cliquez ici

Pour commander la version anglaise, cliquez ici

Pour commander la version russe, cliquez ici

 

Source : Degrémont – Mémento Technique de l’eau. (Cliquez)

 

 

Les traitements de l’eau.

 

Procédés physico-chimiques et biologiques – Cours et problèmes résolus – Génie de l’environnement.

 

 

9782729804947.jpg

 

12323063144423.jpg

 

Sources photos : cliquez sur celles-ci.

 

Claude Cardot

Ellipses

Prix public (France) : 21,50 EUR


 

Caractéristiques

  • Editeur(s) : Ellipses
  • Auteur(s) : C. Cardot
  • Collection : Technosup
  •  
  • Profil :
  • Niveau :
  • Parution : 01/09/1999
  • Edition : 1ère édition
  • Nb de pages : 256 pages
  • Format : 17,5 x 26
  • Couverture : Broché
  • Poids : 555 g
  • Intérieur : Noir et Blanc
  • Type produit : Ouvrage
  • Langue : Français
  • ISBN10 : 2-7298-5891-1
  • ISBN13 : 978-2-7298-5981-7
  • EAN13 : 9782729859817

 

Présentation par l’éditeur

Aux étudiants en génie de l’environnement et aux professionnels concernes par les problèmes de l’eau, est proposé un panorama global et synthétique des procédés physico-chimiques et biologiques de traitement des eaux potables et eaux usées. L’ouvrage analyse les processus de base (coagulation, décantation, filtration, boues activées) et développe une théorisation de la biologie de l’épuration. Une place de choix est réservée aux nouveaux traitements (techniques membranaires, biofiltration) et aux nouveaux enjeux (sous-produits de désinfection et d’épuration).

Le cours, clair et facilement abordable, est complété par des exercices concrets et des problèmes entièrement résolus.

 

Sommaire

Procédés physico-chimiques

  • Coagulation-floculation
  • Décantation-flottation
  • Filtration
  • Désinfection
  • Techniques membranaires
  • Adsorption sur charbon actif


Procédés biologiques

  • Notion de biomasse
  • Cultures aérobies
  • Cultures anaérobies


Eau potable

  • Elimination de l’azote
  • Pesticides
  • Fer-manganèse
  • Equilibre calcocarbonique
  • Place de l’oxydation


Eau usée

  • Procédés par boues activées
  • Biofiltration
  • Les sous-produits
  • Problèmes résolus

Avis des lecteurs (1 avis)

Les livres spécialisés sur le traitement de l'eau. dans eau star16 star16 dans eau star16 star16 star16 Ouvrage parfait

Commentaire de : Belkacem MERZOUK, le 9 juin 2004

D’après ses caractéristiques et son contenu, je le trouve comme étant le meilleur outil dans le domaine de traitement des eaux.
Je vais faire le maximum pour l’avoir.

 

Source : Eyrolles – Les traitements de l’eau (cliquez).

 

Mon avis : ce livre est plus abordable au niveau du contenu et du prix que le Mémento technique de l’eau de Degrémont. Il est très intéressant !

 

 

ACCUEIL

 

 




La presse.

7052010

 

 

 

HYDROPLUS

 

LE MAGAZINE DES PROFESSIONNELS DE L’EAU ET DE L’ASSAINISSEMENT

 

www.environnement-online.com

http://www.hydroplus.info/

Hydroplus

Créé en 1998, Hydroplus est devenu le magazine des professionnels de l’eau et de l’assainissement, dans les collectivités et les entreprises. Le magazine se décline en 4 rubriques principales.

Surveiller

Chaque mois, une veille performante du secteur de l’eau : nos reportages chez vos homologues, toute l’information économique, l’enquête sur le terrain… pour s’informer sur les meilleures pratiques et les tendances du marché. En quelques minutes, mémorisez l’information essentielle sur vos partenaires, concurrents et fournisseurs, sans perdre de temps.

Comparer & Choisir

Les clés pour investir : des journalistes spécialisés pointent les enjeux techniques des innovations marquantes, pour vous permettre de faire le bon choix, à long terme.

Exploiter

Le guide de vos métiers dans le cahier spécial dédié à l’exploitant : le dossier technique, les solutions et produits, l’avis du technicien… Des conseils pour votre travail quotidien.

Et aussi, une veille juridique unique pour votre sécurité professionnelle.

Les services d’Hydroplus.info :

  • L’essentiel de l’actualité de l’eau et de l’assainissement commentée et analysée par des journalistes spécialisés : actualités, telex, agenda, dossiers documentaires, archives, numéros spéciaux, forums, événements
  • Découvrir et s’abonner à la publication N°1 de votre secteur d’activité
  • Consulter les archives et les dossiers documentaires sur un thème précis

 

AVRIL 2010 – N°195

 

couvh195.jpg

 

 

Une feuille de route ambitieuse.

 

Symboliquement, c’est le jour même de la Journée mondiale de l’eau que le ministère de l’Écologie a réalisé son rapportage* auprès de la Commission européenne sur la mise en oeuvre de la directive-cadre sur l’eau (DCE). Le chantier est de taille et mobilise 27 milliards d’euros pour atteindre en 2015 le bon état des 574 masses d’eaux souterraines et de 11 523 masses d’eaux de surface des douze bassins français. Rappelons toutefois que la DCE prévoit des dérogations pour des raisons techniques (manque de technologies efficaces et rapidement actives), naturelles (inertie du milieu) et économiques (coûts disproportionnés).

Pour les eaux souterraines, le problème concernera moins l’aspect quantitatif que qualitatif, car seules 59 % de ces masses d’eau ont un bon état chimique. Or, l’inertie des eaux souterraines rend difficile leur amélioration, ce qui explique que 36 % d’entre elles disposent d’une dérogation à ce titre.

À l’inverse, l’état des eaux de surface est moins bon, mais peut évoluer plus rapidement. Ainsi, seules 45 % de ces masses d’eau sont en bon état chimique et 45 % en bon état écologique. Les dérogations ne sont envisagées que pour 17 % d’entre elles en raison de leur état chimique et pour 36 % en raison de leur état écologique (ce qui représente, à 3 % près, l’objectif du Grenelle de l’environnement).

La feuille de route française pour atteindre les objectifs de la DCE est ambitieuse. Elle pourra s’appuyer sur la mise aux normes des stations d’épuration (les six dernières collectivités doivent commencer leurs travaux cette année). Mais plusieurs points inscrits dans le Grenelle de l’environnement pourraient freiner l’atteinte du bon état : la difficile maîtrise foncière pour protéger les 500 captages prioritaires, l’absence de maîtres d’ouvrage pour porter des projets concernant les zones humides, le télescopage du plan de restauration de la continuité écologique avec l’objectif de développer les énergies renouvelables. Sans parler du Plan écophyto 2018 pour la réduction de 50 % de l’usage des pesticides, qui vient de prendre du plomb dans l’aile avec les récents propos du président Sarkozy en faveur d’un allégement des contraintes environnementales pour les agriculteurs. Un bien mauvais présage pour la réforme de la politique agricole commune de l’Europe en 2013, alors que la mise en cohérence des politiques publiques de l’eau et de l’assainissement constitue la clé de voûte de ce combat.

 

Arnaud Garrigues Rédacteur en chef.

 

 

ACCUEIL

 







blogfoot10 |
Le Blog de Pado |
ERIC ET JP FOOT |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | catch WWE
| newboys2 football
| sliders