• Accueil
  • > Recherche : eau polluée contenant

Des traces de médicament dans l’eau du robinet ?

8052010

 

 

 

Domino-Effekt sur le thème de l’eau potable polluée par des molécules de paracétamol et autres médicaments que les stations d’épuration sont incapables de traiter . Nous trouvons donc dans notre eau du robinet des traces de Fluor, antibiotique, paracetamol … Les laboratoires Bms UPSA et d’autres sont les grands pollueur de l’environnement !

 

Source : Dailymotion, voir vidéo ci-dessous.

 

 

http://www.dailymotion.com/video/xcj3e9

 

 

 

normalriviere1.jpg

 Source : cliquez sur la photo.

 

 

Cocktail médicamenteux

Les pays de l’Union européenne sont censés restaurer le bon état écologique et chimique des milieux aquatiques d’ici 2015, selon une directive cadre adoptée voilà dix ans. Or nos cours d’eau contiennent moult micro-polluants, dont ceux de l’industrie pharmaceutique : antibiotiques, antidépresseurs, hormones, voire anticancéreux. Au départ, ces médicaments consommés par les hommes et les animaux sont rejetés de façon naturelle, via les extréments et l’urine. Problème : les stations d’épuration ne sont pas conçues pour les traiter. Jusqu’en 2000, les techniques ne permettaient même pas de les mesure. Quatrièmes consommateurs de médicaments au monde, les français rejettent un cocktail qui se retrouve jusque dans l’eau potable, en quantités toutefois très faibles (le cadre thérapeutique utilise des concentrations un million de fois supérieures). Si ces doses n’ont pas d’impact sur l’homme, certaines en ont sur les poissons et les invertébrés. Et on ignore l’effet d’une exposition chronique longue comme de l’action combinée de plusieurs de ces molécules. Un récent rapport de l’Institut de recherche en sciences et technologies pour l’environnement (Cemagref) compare les différents procédés de traitement des stations biologiques (projet Ampéres). En moyenne, 90% de la trentaine de substances pharmaceutiques mesurées à l’entrée des stations se retrouvent à la sortie à une concentration plus faible, en général. « Avec le procédé des « boues activées » (contenant des micro-organismes), filière la plus courante en France, nous mesurons au taux d’élimination de seulement 30 à 70% pour certains micro-polluants, détaille Marina Coquery, coordinatrice du projet. Un résultat intermédiaire que nous pouvons améliorer. » En attendant, les français devront peut-être limiter leur consommation de médicaments, ne serait-ce que pour éviter une nouvelle augmentation du coût de l’eau potable. – Céline Lison.

 

Source : NATIONAL GEOGRAPHIC – AVRIL 2010.

 

 

ACCUEIL

 







blogfoot10 |
Le Blog de Pado |
ERIC ET JP FOOT |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | catch WWE
| newboys2 football
| sliders